Des journalistes et des hackers français menacés de mort à cause du DPI

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

Avec des tests DPI grandeur nature comme cela, ça promet de bonnes applications futures en matière de filtrage pour la France.

Si, si... Patience....

Mes amis de Reflets.info, accompagnés par le groupe de hackers Telecomix enquêtent depuis des mois et des mois sur les liens très étroits qu’entretiennent le gouvernement français, les dictatures comme la Syrie, la Libye et les entreprises françaises telles que Amesys filiale de Bull (Full disclosure : je suis hébergé par une autre filiale de Bull).

Le hic avec ces entreprises françaises, c’est qu’elles vendent du DPI (Deep Packet Inspection) entre autres choses à ces dictatures. Et bien sûr, lesdites dictatures se servent de ces technos pour traquer les cyber dissidents, les menacer, les mettre en prison, ou pire… bien pire. Le sujet revient régulièrement sur le haut du panier grâce à Reflets, mais aussi à des associations comme l’EFF ou Reporters sans Frontières.

Le vrai coupable ici c’est bien sûr le gouvernement français (droits de l’Homme, tout ça, tout ça…) qui a tiré les ficelles pour que ces jolis contrats qui sont maintenant considérés par l’Europe presque comme des contrats d’armement voient le jour. En effet, c’est carrément la Direction du Renseignement Militaire qui a été mis sur ce coup pour aider à la vente. D’ailleurs, comme le souligne le Wall Street Journal, si on prend le cas de la Libye, cette techno a bien été utilisée de manière massive pour espionner les citoyens du pays.

Tout ceci pue l’argent, la politique et le sang. Souvenez-vous de Kadhafi, invité en grandes pompes à l’Élysée… Il y avait même planté sa tente. Et quelques mois plus tard, c’est cette même France qui condamne les actions du dictateur allant même jusqu’à intervenir directement. Les rats quittent le navire.

Bref, tout ceci pour dire que remuer la politique qui pue n’est pas sans risque. Reflets et Telecomix, par l’intermédiaire de 2 de leurs sources (différentes donc..), viennent carrément de recevoir des menaces de mort. La preuve que ces journalistes et hackers indépendants ont bien mis le doigt sur un truc très très sensible. Impossible de savoir d’où proviennent ces menaces ni si elles sont sérieuses, mais pour se protéger, un peu sous la forme d’une assurance, les petits gars de Reflets ont transmis tout ce qu’ils ont appris au Canard Enchaîné. Les petits gars ont encore du lourd sous le coude et nous risquons d’aller de surprises en surprises très prochainement.

Gaffe à vous les gars…

Source : Korben

Vous êtes ici : Home Informatique Sécurité Des journalistes et des hackers français menacés de mort à cause du DPI